Depuis plusieurs années, CentraleSupélec a fait de l’égalité homme/femme une de ses priorités. En effet c'est dans la qualité et la diversité de ses étudiants qu'une grande école consolide son avenir. Or, les classes préparatoires en sciences « dures » (mathématiques ou physique) ne comptent que 25% des jeunes filles, alors que ces dernières représentent près de 50% des effectifs de terminale scientifique ; un docteur en sciences sur 4 seulement sera une femme ! Un déficit dont les causes sont multiples, l’une d’entre elles étant le déficit d’image auprès des jeunes filles des métiers de l’ingénierie et plus généralement des carrières scientifiques.

Depuis 2019, l’Ecole multiplie ses actions en la matière.
 

Après avoir ratifié la Charte de la Conférence des grandes écoles (CGE) pour l’égalité femmes / hommes et créé la mission des référentes égalité femmes / hommes, CentraleSupélec met en oeuvre – depuis 2021 – un plan d’actions triennal consacré à la réduction des inégalités liées aux genres chez ses personnels et chez ses élèves.

Pour ce qui a trait aux étudiantes et étudiants qu’elle forme, CentraleSupélec articule ses actions autour de 5 axes :

1. L’augmentation de la part des femmes dans le recrutement des étudiants ingénieurs

Depuis 2019, CentraleSupélec s’est engagée dans le développement et l’ouverture du recrutement des élèves-ingénieurs à des formations et filières plus féminisées dans le but, avant tout, de diversifier ses viviers de recrutement. L’objectif est d’intensifier cette démarche pour atteindre un taux de féminisation du cursus ingénieur à 23% en 2024.
Parallèlement à cela, CentraleSupélec travaille à renforcer l’attractivité des études d’ingénieurs auprès des jeunes, en particulier des jeunes femmes.

Trois actions illustrent aujourd’hui cette démarche :

  •  Le projet Lycée mené par l’association Çapèse qui vise à déconstruire les stéréotypes de genres auprès de lycéens et lycéennes ;
  •  Le projet « Summer camp » coordonné par la mission Ouverture sociale ;
  • Le programme des bourses Sébastienne Guyot destinées à permettre à quelques jeunes femmes en situation financière précaire de poursuivre leurs études.

 

2. La formation des étudiantes et étudiants à l’égalité H/F et à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, harcèlements et discriminations

CentraleSupélec intensifie son engagement en matière de sensibilisation et formation à ces questions. Régulièrement, des sessions de sensibilisation à la lutte contre le sexisme et l’égalité H/F, des bureaux associatifs et des étudiants sont proposées ainsi que des formations à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, les harcèlements et discriminations, notamment en milieu festif.
CentraleSupélec anime aussi des campagnes de communication dénonçant le sexisme ordinaire et pointant « les petites phrases du quotidien ».

3. La transparence et l’exemplarité

Progresser sur l’égalité H/F impose une plus grande transparence sur l’organisation de CentraleSupélec. A cette fin, l’Etablissement réalise et publie annuellement des statistiques sexuées sur les étudiants avec, notamment, des statistiques sexuées sur la composition des bureaux des associations.
Parce que l’exemplarité de l’Ecole en matière d’égalité H/F constitue un levier d’action fondamental dans sa démarche d’équité, CentraleSupélec travaille – à tous niveaux – sur la parité dans ses instances.

4. Le développement d’une politique d’attractivité des études scientifiques

CentraleSupélec soutient le projet « Lycées » porté par l’association féministe çapèse, projet qui vise à encourager les lycéennes et les lycéens à s’orienter vers des métiers scientifiques – en brisant les stéréotypes de genre. A ce jour, ce projet a permis de rencontrer environ 500 lycéen.nes. Les orientations prises par « Çapèse » ciblent, à compter, de 2021 un changement d’échelle permettant de toucher un plus grand nombre de lycéen.nes.

5. La lutte contre les violences sexistes et sexuelles, les harcèlements et les discriminations

Comme pour les personnels, depuis 2019, CentraleSupélec permet à ses étudiants de bénéficier des services d’une cellule de lutte contre les violences sexuelles et sexistes, harcèlements et discriminations, chargée de recueillir les signalements, de les suivre et de les traiter. Ce dispositif peut être saisi via l’adresse mail de contact : psy@centralesupelec.fr.

Vis-à-vis des femmes et des hommes qu’elle emploie, CentraleSupélec agit sur 4 axes :

1. Le traitement et la prévention des écarts de rémunération

L’Ecole proscrit toute forme de discrimination fondée exclusivement sur le genre, la maternité, la paternité, la parentalité au recrutement et tout au long de la carrière de l’agent. Afin d’appliquer le principe d’égalité de rémunération et d’évolution professionnelle, CentraleSupélec réalise annuellement des rapports de situation comparée et remédie aux inégalités salariales par l’application d’une politique RH volontariste en termes de primes, de promotion et de mobilité.

2. La garantie d’un égal accès aux emplois

La mixité des emplois est une dimension importante de l’égalité professionnelle. Elle enrichit le collectif de travail, la cohésion des équipes et participe ainsi à la performance de l’Ecole. CentraleSupélec développe la mixité de ses emplois dans l’objectif de rechercher, autant que possible, une représentation des personnels des deux sexes dans ses métiers comprise entre 40% et 60%.
Pour ce faire, l’Ecole se mobilise pour :

  • Communiquer et promouvoir les métiers scientifiques et le métier d’ingénieur.e ;
  • Former ses personnels à l’égalité femmes / hommes et à la déconstruction des stéréotypes de genre ;
  • Développer et accompagner ses viviers de talents féminins ;
  • Mentorer ses nouvelles recrues.

CentraleSupélec recherche, par ailleurs, la parité dans ses instances. Celle-ci est précisément respectée pour son Conseil d’administration et son Conseil scientifique.

3. L’articulation entre vie personnelle et vie professionnelle

Souhaitant favoriser le bien-être personnel et professionnel de ses personnels, CentraleSupélec a mis en place – depuis 2017 – des dispositifs de télétravail et de cycles de travail différenciés. Elle soutient ses personnels dans leur parentalité par différentes actions telles que l’accès à une crèche inter-entreprises et – à compter de la rentrée 2021/2022 – la création d’un centre de loisirs dédié à l’accueil des enfants des personnels giffois les mercredis.

4. La lutte contre les violences sexuelles et sexistes, harcèlements et discriminations

CentraleSupélec a créé, en 2019, une cellule de lutte contre les violences sexuelles et sexistes, harcèlements et discriminations, chargée de recueillir les signalements, de les suivre et de les traiter. Ce dispositif peut être saisi via l’adresse mail de contact : psy@centralesupelec.fr.

La sensibilisation et la formation des personnels constituent également des axes de travail à la prévention des violences sexuelles et sexistes, harcèlements et discriminations.